RE2020.logo.petit.zome.symbole.03.header.RE2020.19.leszomes.petitzome.zomehabitation.frontpage.facade.petit.zome.footer.03.logo.alter.habitat.violet.options.et.pieces.speciales.zome10.voie.lactée.Vue.interieur.porte.un.definition.zome.terrasse.bardage.zome.lieu.de.soins.méditation.extensionalter.habitat.zome.travaux.du.batiment.constructions.ecologiques.porte.des.pyrennees.ponlat

Qu’est-ce que la RE 2020 ?

La RE 2020 est la réglementation qui a remplacé la RT 2012 pour les bâtiments neufs. Cette nouvelle réglementation a un champ d’action plus vaste que les précédentes. Elle prend en compte, en plus de la performance énergétique, l’empreinte environnementale du bâtiment et sa capacité à générer de l’énergie. Pour refléter cette ouverture, la réglementation 2020 quitte l’appellation « thermique » pour devenir « réglementation environnementale ». On parle donc de RE 2020.

Quels sont les bâtiments concernés par la RE 2020 ?

Elle concerne les bâtiments publics et est généralisée à tous les bâtiments résidentiels neufs, appartements et maisons, à partir de janvier 2021. Cette nouvelle réglementation thermique est entrée en vigueur le 1er janvier 2022. Désormais, l’impact carbone doit être réduit au maximum pour chaque programme immobilier neuf.

Qu’est-ce qu’un bâtiment à énergie positive ?

Un bâtiment à énergie positive (abrégé en BEPOS) est un bâtiment qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. Pour y parvenir, il associe les principes du bâtiment passif, qui consomme très peu d’énergie, à des sources de création d’énergie.

Les bâtiments à énergie positive n’ont pas attendu la mise en œuvre de la RE 2020 pour commencer à éclore en France, principalement dans l’immobilier tertiaire et les maisons individuelles. Depuis 2018, le label E+C – (pour Bâtiment à Énergie Positive et Réduction Carbone) récompense déjà les bâtiments conjuguant énergie positive et faible impact environnemental. Ce label a permis de préparer la mise en place de la RE 2020.

Qu’est-ce qu’un bâtiment bas carbone (BBC) ?

Un bâtiment bas carbone (BBC) tient compte de l’impact carbone de l’immeuble dès sa conception. Les techniques sont transformées pour réduire au maximum les émissions de CO2. La fin de vie est également anticipée avec la transformation des matériaux utilisés. La revalorisation de ces éléments réduit également l’empreinte carbone dans le domaine de la construction. Ces nouveaux programmes immobiliers neufs sont donc plus sobres et durables.

L’isolation au cœur de la norme RE 2020

Pour être considérés comme des bâtiments à énergie positive, les logements se concentrent sur :

  • Une meilleure isolation thermique 
  • L’utilisation de matériaux de construction écologiques pour réduire l’empreinte carbone ;
  • Un système de ventilation équipé d’une récupération de la chaleur de l’air vicié ;
  • La récupération des eaux pluviales ;
  • Le recours à des appareils électroménagers avec une faible consommation d’énergie.

L’isolation fait partie des priorités de cette nouvelle réglementation thermique. Les constructions neuves devront notamment se pencher sur l’épaisseur de l’isolant qui doit être au moins de 300 mm. Avec une meilleure isolation, le déphasage thermique sera moindre ainsi que la consommation d’énergie.

Quel type de chauffage choisir pour respecter la RE 2020 ?

En ce qui concerne le chauffage, le recours à une pompe à chaleur ou au chauffage solaire est recommandé pour ces bâtiments bas carbone. Pour la production d’eau chaude sanitaire, les chauffe-eau solaires et thermodynamiques remplaceront les convecteurs responsables de nombreuses émissions de gaz à effet de serre. Le seuil maximal fixé par cette nouvelle réglementation thermique pourra ainsi être respecté.

Comment fonctionne la RE 2020 ?

Comme les réglementations thermiques précédentes, la RE 2020 est une réglementation d’objectifs et pas de moyens. Elle ne donne pas de mode d’emploi pour diminuer la consommation énergétique, mais elle fixe des critères à remplir. Les critères principaux sont :

  • Une consommation de chauffage inférieure à 12 kwhep/m²
  • Un seuil de qualité de l’air intérieur
  • Un seuil minimum d’isolation thermique et phonique
  • La présence d’au moins une source de production d’énergie renouvelable, comme les panneaux photovoltaïques ou le puits canadien
  • La réduction de l’empreinte carbone du bâtiment Les deux derniers critères, entièrement nouveaux, marquent la rupture avec la RT 2012.

Pour répondre à ces exigences, les professionnels de la construction utilisent des matériaux biosourcés et peu émissifs. Le recours à une énergie décarbonée constitue également une solution pour répondre à cette nouvelle norme environnementale. Bien entendu, l’isolation thermique doit être renforcée afin d’améliorer la performance énergétique des bâtiments neufs. L’épaisseur de l’isolant augmente par rapport aux critères de la RT 2012. Le respect de cette réglementation augmente également le niveau de confort à l’intérieur du logement.

Quelles sont les différences entre RT 2012 et RE 2020 ?

La RE 2020 englobe plus de critères que la RT 2012, puisqu’elle prend en compte, en plus de la performance énergétique, l’empreinte environnementale du bâtiment et de sa construction et la production d’énergie. Plus exigeante, elle vise une réduction conséquente de l’impact carbone de l’habitat. Désormais, les bâtiments neufs se développent pour répondre aux besoins de la population tout en respectant l’environnement.

Quels sont les avantages de la RE 2020 ?

  • Un coût énergétique extrêmement réduit, voire nul. La performance de l’isolation permet de garder une température intérieure agréable en toute saison. Certains logements à énergie positive n’auront jamais besoin d’être chauffés.
  • Une amélioration du bien-être intérieur, grâce à une meilleure qualité de l’air, une température naturelle en toute saison, une absence de courants d’air.
  • Une tranquillité renforcée par la performance de l’isolation thermique. La réglementation prend en compte la diminution des bruits extérieurs et des bruits intérieurs, liés au fonctionnement des équipements par exemple.
  • Des économies pérennes. Le coût d’un bâtiment certifié RE 2020 est d’environ 10 % supérieur à un bâtiment RT 2012. Ce surcoût est rapidement et largement compensé par les économies d’énergie réalisées et par la moindre usure des équipements.

Grâce à la mise en place de cette nouvelle réglementation thermique, les nouveaux bâtiments deviennent écologiques. Les émissions de gaz à effet de serre seront réduites, tout comme la consommation d’énergie.